La naissance des Fromages de Clarmontine 

Deux passions, une rencontre !!

 

René est éleveur de vaches laitières depuis 1980, par passion, dans la propriété familiale, à Barinque.

 

Sophie est passionnée d'histoire et plus particulièrement du Moyen-Âge et de sa cuisine depuis les année 1990.

 

Ils se marient en 2000, pour le meilleur et pour le pire.....

Sophie et René Millet

 

En 2008, Sophie rencontre d'autres passionnés de cuisine médiévale, dont Sarah, une étudiante en histoire de l'alimentation, et crée avec eux l'association « Le Tailloir », dont les buts sont la recherche, la pratique et la diffusion de cette culture gastronomique.

 

Tout va pour le mieux pour tous, jusqu'à cette maudite année 2009 où le prix du lait chute vertigineusement, ne permettant plus à l'exploitation laitière de couvrir ses frais de fonctionnement.

 

Sophie va alors, grâce à un berger des Pyrénées, apprendre à fabriquer le « fromage des Pyrénées », fromage à pâte pressée non cuite, dont on sait par l'étude de documents datant de la fin du Moyen-Âge qu'il en descendait de grandes quantités des montagnes, pour être exportés en Espagne et en Aquitaine. Cette fabrication est donc une trace incontestable de l'histoire de la vie quotidienne des populations béarnaises, comme le sont aussi la « broye » (bouillie de maïs, qui a très certainement remplacé la bouillie de millet) et la garbure (potage qui était sans aucun doute déjà présent, sous sa forme médiévale, dans les écuelles des paysans béarnais).

 

Hasard de la vie, ou coup de pouce du destin, quelques semaines après avoir appris à fabriquer ce fromage, Sophie, au cours de ses recherches dans les manuscrits, trouve.... une explication fort détaillée de la fabrication du fromage, du beurre, de la recuite (ricotta, brousse, ou séré), avec toutes les variantes possibles quant à la conservation, le salage, et les saveurs données à la fin du XVème siècle, aux différents fromages consommés dans la haute société médiévale.

 

Les premiers tests s'avèreront très concluants, révélant des goûts surprenants autant qu'agréables, avec des combinaisons très variées permettant de satisfaire tous les palais, tant grâce au fromage que grâce à la recuite qui en découle.

 

L'idée germe alors de valoriser ces savoirs théoriques en installant un atelier de transformation à la ferme, afin de faire revivre ces saveurs oubliées et aussi afin de sauver l'exploitation agricole menacée.

 

C'est ainsi que les premiers « Fromages de Clarmontine » ont vu le jour.

 

Et pourquoi Clarmontine ? On sait qu'au Moyen-Âge, le tâche de presser les fromages revenait souvent aux femmes (voir notre étiquette). Or, au cours de nos recherches généalogiques, nous avons découvert qu'une de nos ancêtres portait ce joli prénom béarnais. Il nous a paru symboliser parfaitement notre beau pays de montagnes, de coteaux et de soleil.  De plus, en béarnais, le diminutif "ine" contient une marque d'affection, de tendresse, bref un joli symbole pour nos fromages. Nous avons également entendu, dans la phonétique de ce prénom, le tintement des sonnailles que portent les vaches en estive.

 

Grâce à nos amies, spécialistes de calligraphie médiévale et d'enluminure, notre marque "Les Fromages de Clarmontine" a pu être mise en valeur par l'écriture et par l'image de l'étiquette. Qu'elles en soient ici chaleureusement remerciées.

 

Avec Velour


Panier  

Aucun produit

Expédition 0,00 €
Total 0,00 €

Panier Commander

Catégories

Nos réseaux

Bienvenue à la ferme
Lauréat d'excellence Clarmontine

Notre magasin

Notre magasin

PayPal